La délégation floiracaise en arrière-plan

Le choc. L’uppercut qui transperce la garde et laisse groggy. Telle est l’ivresse connue par Fouad Kasmi récemment. En l’occurrence, le 23 mars 2014, au Creps de Talence lors du premier challenge Handi-valides. À la tête d’une délégation issue de la section boxe anglaise du Club municipal floiracais (CMF), Fouad Kasmi a fait partie des 200 personnes qui composaient le plateau et qui ont donné lieu à 71 assauts toutes catégories confondues. Le coach sportif qu’il est, a apprécié ces joutes opposant des licenciés qu’il a formés à des mordus du noble art cloués sur leur fauteuil roulant. Depuis ce jour, l’idée de créer, à la rentrée prochaine, une section handi-boxe ne le quitte plus.

Floirac la boxe ouvre une section handicapés
Contre la différence

Des huit membres du club qui ont participé à cette manifestation de grande ampleur (1), tous en ont retiré de précieux enseignements. Jérémy Naura, jeune espoir du club, a eu l’occasion de croiser les gants avec des adversaires atteints dans leur intégrité. « Désormais je porte un autre regard, que je qualifierai de plus respectueux, mais sans tabou, sur le handicap » reconnaît-il. De fait, en coulisses, Fouad Kasmi, en charge du secteur sportif en duo avec Moussa son frère, s’active. Et tient des propos issus de sa fibre humaniste : « Aujourd’hui, la boxe fait de nous des frères d’armes contre la différence, qu’elle soit physique ou spirituelle. La création d’une section handi-boxe se justifie pleinement, puisqu’elle s’inscrit dans le droit fil des valeurs que nous prônons : respect, humilité, partage, convivialité. Il faudra juste que mes horaires de travail (2) puissent me permettre de franchir le pas ». Fouad, en effet, est conducteur de bus chez Keolis. L’occasion pour le club à l’accent familial avéré, déjà ouvert aux féminines, débutants, amateurs et vétérans, de s’ouvrir encore un peu plus vers les autres.

Par Éric Latouche

(1) Sous la tutelle de Stéphane Raynaud (référent national pour l’Handi-boxe) en partenariat avec le Creps, le Conseil régional, la FFB (Fédération française de boxe), le comité d’Aquitaine, la direction régionale de la Jeunesse et des Sports, l’association Laurette-Fugain et le soutien de personnalités tel que Catherine Brignaud, Lise Lefèvre, Daniel Bernard, Saïd Bizine et Mohamed Jamaï.

 SOURCE : ARTICLE PARU DANS SUD-OUEST LE 02/06/14