1 HBINTERVIEW Madelayn IZOUAOUEN
Club Ombre et Lumière
 
Lors de la journée de stage boxe féminine au CREPS de Talence, le dimanche 19 mai 2013 nous avons pu faire la rencontre d’une boxeuse Madelayn IZOUAOUEN, licenciée handiboxe…
 
Interview réalisée par Laure Desplanches
 

L.D : Peux-tu te présenter, nous expliquer un peu ton parcours ?
M.I : J’ai 33 ans. Je vis seule, à Bas Cenon dans une maison. Je viens de Paris et j’ai déménagé sur Bordeaux quand j’étais petite avec une partie de ma famille. Je vois régulièrement ma maman, nous sommes assez proches. J’ai été dans des écoles spécialisées. Depuis 8 ans je travaille en espaces verts à Bassens dans un ESAT (Etablissement et Service d’Aide par le Travail). C’est Saïd, mon coach, qui m’aide et notre projet serait que je puisse travailler dans ce que j’appelle le milieu ordinaire, sortir un peu.

L.D : Comment est tu arrivée à la boxe ?
M.I : Mon frère faisait de la boxe au club Ombre et Lumière et me proposait tout le temps de venir voir. Un jour j’ai cédé et j’y suis allée pour jeter un coup d’œil. Ensuite j’ai fait des essais et cela m’a plu. Cela fait maintenant 3 ans que je pratique la boxe.

L.D : Qu’est-ce qui t’a plus dans la boxe ?
M.I : L’ambiance et les personnes. Elles m’ont aidé à me détendre et mon coach a su s’adapter.

L.D : Qu’est-ce que t’apporte la boxe ?
M.I : Je sens une évolution. Au début j’avais peur, j’étais intimidée. La boxe m’aide pour tous les jours, à mieux m’exprimer et à m’imposer sur certaines choses. Elle me permet aussi de me défouler et de sortir. La boxe me fait du bien.

L.D : Comment se passe tes entrainements ?
M.I : Je vais à l’entrainement 3 fois par semaine. Et je m’entraine avec les autres filles en leur expliquant qu’il ne faut pas me toucher trop fort. Et les autres filles s’adaptent et font attention à moi.

L.D : Quel est ton avis sur cette journée de stage boxe féminine ?
M.I : Ce stage me plait et je rencontre de nouvelles personnes. Saïd m’a proposé d’y participer et j’ai accepté. Ce stage me permet aussi de me préparer au Challenge Gilbert JOIE (24, 25 et 26 mai à Périgueux).

L.D : Que penses-tu du Challenge Gilbert JOIE ?
M.I : Ce sera une première pour moi. Je pense que je serais intimidée car il y aura beaucoup de monde. Mais c’est un plaisir de pouvoir y participer, de faire des rencontres et il y aura des champions du monde.

L.D : As-tu des idées pour faire découvrir et développer la pratique handiboxe ?
M.I : Des journées découvertes pour montrer ce que c’est et avec des petits combats simples et adaptés.

L.D : Une dernière chose à ajouter sur la boxe ?
M.I : La boxe m’a aidé pour mon quotidien.

Question au CTN Stéphane RAYNAUD :
L.D : Comment as tu intégré Madelayn dans un stage féminin BEA / Amateur valide ?

S.R : Dans les stages Aquitains, nous veillons à instaurer la même considération humaine et relationnelle avec des personnes valides ou handicapées. Boxer ensemble avec les mêmes règles quand cela est possible, on le fait et sans différence. Les consignes que je donne sont les mêmes ici pour toutes, l’entraineur de Madelayn, Said est présent et bienveillant, les choses se font naturellement, on boxe ensemble.

C’est de sectoriser les handicapés, de ne pas leur rendre des stages valides accessibles qui me choquent. Si quelqu’un a des lunettes, l’empêche t’on systématiquement de boxer…Non…Pourtant c’est un sacré handicap pour un sport comme la boxe.
Personne n’était au courant dans le stage que Madelayn est en situation de handicap et la réalité c’est que personnes ne s’en est aperçu en boxant contre elle. C’est une belle réussite, à renouveler…

Question au Président du CR Aquitaine Daniel BERNARD :
L.D : Quelle est votre politique régionale en matière d’handi-boxe ?
D.B : L’handi-boxe est une priorité du Comité Régional Aquitaine. Nous soutenons aussi bien financièrement que matériellement depuis prêt de 4 ans les actions handi-boxe dans le cadre du défis-boxe. Le CTN est chargé de mettre en œuvre les actions pour associer un maximum de clubs aquitains dans la démarche. Associer est notre priorité et le sens de mon engagement politique.

Article disponible sur le site de la F.F.B > « LA BOXE ME FAIT DU BIEN »